vendredi 24 août 2007

Édit général sur l'expulsion des Juifs d'Aragon et de Castille.


Le 31 mars 1492, les Rois Catholiques publient un décret d'expulsion de tous les juifs vivant sur les territoires de Castille et d'Aragon.

Ce décret provoqua la fuite d'un trés grand nombres d'érudits juifs qui vivaient sur les terres administrées par les Rois Catholiques, ils seront nombreux à trouver refuge au Portugal voisin.

Un grand nombre de juifs partiront vers l'Afrique du Nord, certains autres dans le sud de la France : particulierement dans la région d'Arles et d'Avignon.


Début du décret.

Traduction du décret (extrait) :

Le texte commence par le nom des souverains et leurs titres, ce n'est pas la partie la plus importante du texte.

.../...

«Dans notre royaume, il y a un assez grand nombre de mauvais chrétiens qui judaïsent et dévient de notre sainte religion catholique, fait dù essentiellement aux relations que les Juifs entretiennent avec les chrétiens. Pour maîtriser ce mal, nous avons décidé avec les Cortes, réunis à Tolède en 1480, d'isoler les Juifs et de leur assigner des lieux de résidence délimités. Nous avons également introduit l'Inquisition dans notre royaume. Celui-ci œuvre déjà depuis douze ans et a puni justement un grand nombre de coupables. D'après le rapport que nous ont fait les inquisiteurs, il est certain que le contact des chrétiens avec les Juifs est extrêmement nuisible. Les Juifs s'efforcent de les (les familles marranes) induire en tentation en leur mettant des livres de prières juifs entre les mains, en leur signalant les jours de jeûne, en leur procurant du pain azyme (mazzoth) pour Pâques, en leur indiquant quelles sont les nourritures permises ou défendues et, d'une manière générale, en essayant de les convaincre d'observer la loi de Moïse. Tout cela conduit inévitablement au bouleversement et à l'affaiblissement de notre sainte religion catholique. C'est pourquoi nous sommes parvenus à la conclusion que, pour parer à ce mal, le moyen le plus efficace était d'interdire formellement tous rapports entre Juifs et chrétiens. Cela ne peut être obtenu qu'en les chassant de notre royaume. Nous nous sommes d'abord limités à les expulser des villes d'Andalousie, où les dommages qu'ils causaient étaient les plus grands. Toutefois, ni ces mesures, ni les justes condamnations prononcées contre les Juifs qui péchaient contre notre sainte religion n'ont pu remédier au mal... C'est pourquoi nous avons décidé de chasser pour toujours les Juifs des deux sexes hors des frontières de notre royaume. Nous décrétons que tous les Juifs vivant dans notre royaume, sans distinction d'âge ni de sexe, doivent quitter nos terres à la fin du mois de juillet de cette année au plus tard avec leurs fils, leurs filles et leurs domestiques juifs, et nous leur défendons de s'établir de nouveau dans le pays, de le traverser ou d'y pénétrer pour une raison quelconque. Les contrevenants à cet ordre seront condamnés sommairement à la peine de mort et à la confiscation de ses biens au profit du Trésor royal. Cependant, pour permettre aux Juifs de régler leurs affaires et de disposer de leur fortune pendant le délai accordé, nous leur assurons notre protection royale ainsi que la sécurité de leur vie et de leurs biens afin qu'ils puissent vivre en paix jusqu'à fin juillet, vendre, échanger ou donner à leur gré leurs propriétés mobilières ou immobilières. Nous leur permettons, en outre, d'exporter, par la voie des mers ou de la terre, tous leurs biens du royaume, à l'exception de l'or, de l'argent et des pièces d'or et d'autres articles généralement interdits à l'exportation"... /...

Fait en notre ville de Grenade, le 31 mars .../... 1492.

Moi le roi. Moi la Reine.

Moi Juan de Coloma, secrétaire du roi et de la reine nos seigneurs, le fit écrire sur leur ordre.

Fin du décret et signatures.

(Le cachet d'archives est presque invisible).

Notes importantes :

Cette interdiction durera jusqu'à la fin du XIXe siècle.

  • Ce n’est que le 5 juin 1869, qu’elle fut levée par un article de la nouvelle constitution espagnole. Mais, si cet article existait, en revanche, le décret d’application correspondant n’existait pas.
  • Ce n’est qu’en 1927, qu’un décret autorisa les juifs pouvant prouver de leurs origines à prendre la nationalité espagnole.
  • Le 14 décembre 1968, le gouvernement espagnol publia un document qui accordait des facilités aux communautés juives d’Espagne.
  • C’est dans le document de 1968 que se trouve expressément mentionnée l’annulation du décret d’expulsion des juifs, du 31 mars 1492.
Nous avons mis en ligne ce texte peu connu parce qu'il ne se trouve pas sur le web.

Chacun des évêchés reçut un exemplaire de ce décret. On peut donc trouver des variantes d'une copie à une autre parmi celles qui ont été publiés. La différence entre deux copies n'en fait pas pour cela des faux documents...

On trouve un détail amusant :

Le texte est signé par Juan de Coloma (presque homonyme de Colomb), le même qui redigera pour les Rois Catholiques, quelques jours plus tard, le texte du "'Contrat de Santa Fe" (je n'aime pas l'expression "Capitulations" de Santa Fé qui sonne comme un contre sens en français). Coloma signera le "Contrat" le 17 avril 1492 pour les Rois.

Les deux signatures de Juan de Coloma ne sont pas indentiques ...

Signature de Juan de Coloma sur le texte de l'Edit d'expulsion des juifs.

Signature de Juan de Coloma sur le texte du Contrat de Santa Fé.

Ces deux documents n'ont été contesté par personne et ils n'ont jamais été déclarés faux.


Henri Leroy,
Seville, Cordoue, 2007.

Ceux qui oublient le passé se condamnent à le revivre...
....

Aucun commentaire: