mercredi 22 août 2007

Epoque des découvertes

...
Les relations entre les Rois Catholiques et le Portugal à l'époque des découvertes.

Portugal

Jean II de Portugal, (João II en portugais) il fut surnommé le Prince Parfait, né à Lisbonne, le 3 mars 1455, décédé à Alvor, 25 octobre 1495. Il fut le 13e roi de Portugal. Il était le fils du roi Alphonse V de Portugal et d'Isabelle de Portugal (1432-1455).

Il combattit vaillamment à la bataille de Toro en 1476, puis devenu roi, il s'employa à mettre au pas la noblesse et à maintenir la paix avec les souverains espagnols. Dès 1474, dom Joao, le futur Jean II, avait manifesté son intuition en matière de progrès maritime par l'institution de la "mare clausum", notion juridique destinée en l'occurrence à interdire aux non-Portugais l'accès aux territoires récemment découverts dans le golfe de Guinée. Tout au long de son règne, Jean II fut hanté par la nécessité de délimiter, aussi officiellement que possible, les zones d'influence entre les grands pays découvreurs de l'époque.

Castille

Isabelle Ire de Castille, dite Isabelle la Catholique. Elle était la fille de Jean II (1405-1454), roi de Castille et de León (1406-1454) et d'Isabelle de Portugal (1428-1496) sa seconde épouse.

De son union avec Ferdinand, Isabelle eut 5 enfants:

  • Isabelle d'Aragon, épouse d' Alphonse, infant du Portugal, puis du roi du Portugal Manuel Ier, son cousin.
  • Jean (1478 - † 1497)
  • Jeanne Iere d'Espagne, dite Jeanne la Folle, héritière des royaumes de Castille, puis d'Aragon, et mère de Charles Quint
  • Marie d'Aragon, seconde épouse, après sa sœur Isabelle, du roi du Portugal Manuel Ier
  • Catherine d'Aragon, épouse de Arthur Tudor, héritier de la couronne d'Angleterre, puis de son frère, futur Henri VIII et mère de Marie Ire d'Angleterre.

Alliances luso-castillanes.

Le 18 avril 1490, Isabelle d'Aragon (1470-1498), la fille aînée des Rois Catholiques, épouse Alphonse, prince héritier du Portugal, fils de Jean II (Joao II). Ce mariage était prévu par le traité d'Alcaçovas de 1479. La princesse est âgée de vingt ans et le prince de quinze. Ils se connaissaient depuis l'enfance et avaient vécu chez leur tante Béatrice. Le 10 novembre la princesse partit rejoindre son époux. Son bonheur ne dura que huit mois. Le 12juillet 1491, le prince Alphonse se tuait a l'occasion d'une courses à cheval, sur les bords du Tage. La princesse rentre en Andalousie et retrouve ses parents. En 1497 elle se ramarie au roi du Portugal Manuel Ier, dit "le Grand" et "le Fortuné"; elle meurt en 1498 en donnant le jour à son fils Michel qui ne survécut que deux ans.

La deuxième épouse de Manuel, Marie d'Aragon, bien que fille des rois catholiques, n’était pas princesse héritière.

1411 : Conclusion de la paix entre le Portugal et la Castille qui renonce à faire valoir ses droits sur le royaume voisin.

1464-1476 : Alphonse V défend les droits au trône de Castille de sa nièce Jeanne la Beltraneja, fille du roi Henri IV en lutte contre sa tante Isabelle. Les partisans de celle-ci sont finalement victorieux à Toro.

4 septembre 1479 : Traité d’Alcàçobas (confirmé par Isabelle de Castille à Trujillo le 27). Il confirme la réconciliation luso-castillane et apparaît comme un renouvellement du traité d’Almeirim de 1432. Il reconnaît à la Castille la possession des Canaries, le Portugal se voyant pour sa part reconnaître celle des terres situées au sud du cap Bojador, de Madère, de Porto Santo et des Açores. Par ce traité, la Castille conserva les Canaries mais accepta le monopole portugais sur les côtes africaines, au sud du parallèle des îles. La découverte du Nouveau Monde marqua le débit du mouvement expansionniste castillan vers l’ouest et mena au conflit avec le Portugal. Le roi Ferdinand et la reine Isabelle obtinrent des bulles du Pape Alexandre VI, la plus remarquable étant la deuxième bulle Inter Caetera du 4 mai 1493, qui établissait une ligne de démarcation discontinue à cent lieues à l’ouest des Açores et du Cap-Vert. Le roi Ferdinand et la reine Isabelle étaient ainsi autorisés à naviguer vers l’ouest en direction de l’Inde, tandis que Jean II pouvait naviguer vers le sud en direction de l’Inde également.

1481 : Traité luso-castillan d’Alaçovas qui reconnaît au Portugal la possession des terres situées au-delà du cap Bojador.

En 1493 commencèrent des pourparlers entre les couronnes portugaise et castillane, qui se conclurent par le Traité de Tordesillas établissant une nouvelle ligne de partage à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert.

Les termes du traité représentaient une percée pour le Portugal, car l’antiméridien à l’est de la ligne de démarcation garantissait l’existence d’une frontière protégeant la zone de monopole portugais des Castillans. Ce changement donna du même coup naissance au Brésil, dont la partie la plus à l’Est se retrouvait dans la zone portugaise. Cet important traité aura des répercussions jusqu’au XVIIIe siècle.

Après la signature du traité, les découvertes portugaises et espagnoles menèrent à l’hégémonie ibérique sur une grande partie du monde. La souveraineté sur l’océan Atlantique entraîna la découverte de nouvelles routes maritimes menant à d’autres terres, comme l’Inde. La rivalité que fit naître ensuite, à propos des Moluques (1512-1529), le voyage autour du monde de Magellan, fut une conséquence inattendue du traité.

Pendant la majeure partie du XVIe siècle, l’Europe suivit avec grand intérêt les exploits pionniers des deux pays ibériques de par le monde. Ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que le monopole ibérique de navigation fut fortement remis en cause par les autres pays européens qui s’employèrent, tout au long du XVIIe siècle, à mettre fin à cette hégémonie dans une grande partie de l’Afrique et dans l’océan Indien.

Les répercussions de cet important traité se firent néanmoins sentir jusqu’au XVIIIe siècle, lorsque la question du tracé des frontières des colonies portugaises et espagnoles en Amérique du Sud entraîna la modification de la ligne de partage de Tordesillas. Ce changement eut pour conséquence la naissance du Brésil - sa partie orientale tombant dans la zone portugaise -, ainsi que la révocation du traité.

L’objet de la négociation - l’océan Atlantique considéré non seulement comme un espace de navigation mais aussi comme un lieu de relations économiques, sociales et culturelles, en un mot comme une base essentielle de la civilisation dont nous sommes les héritiers - explique à lui seul le caractère unique et universel du Traité de Tordesillas, l’un des plus importants traités dans l’histoire des relations internationales.

1494 : Traité de Tordesillas, entre l'Espagne et le Portugal.

Le Traité de Tordesillas du 7 juin 1494 consiste en un ensemble d’accords passés entre le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille d’une part et le roi Jean II de Portugal d’autre part, qui établissent une nouvelle ligne de partage entre les deux couronnes, de pôle à pôle, à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert. Le traité fut signé après de laborieuses négociations diplomatiques entre les ambassadeurs et les conseillers juridiques des deux royaumes. La modification de la ligne de démarcation partageant le monde entre l’Espagne et le Portugal donna naissance au Brésil, dont l’extrémité orientale se retrouva dans la zone portugaise. Ce document est essentiel pour qui veut comprendre l’histoire de l’Amérique et les relations économiques et culturelles entre l’Europe et l’Amérique. Le traité est donc devenu une référence importante non seulement en matière d’histoire de l’océan Atlantique mais également en ce qui concerne la mémoire du monde, car il a permis la rencontre de continents et de civilisations séparés par des océans inconnus.

Contexte de l'époque : le Traité de Tordesillas marque l’expansion de la présence hispano-portugaise sur le continent américain ; il établit clairement les domaines de juridiction de la Castille et du Portugal. Le Traité de Tordesillas évoque tout particulièrement la présence espagnole et portugaise en Amérique et la juridiction portugaise sur les terres asiatiques de l’Inde, de Macao et du Timor. Au-delà des stratégies politiques, son application a grandement contribué à l’amélioration des techniques de navigation et, dans une certaine mesure, aux progrès des connaissances en astronomie, cosmographie et cartographie. Pour la même raison, le traité aura une influence sur le développement ultérieur de l’Amérique dans son ensemble. Il a permis l’ouverture du monde ; de nouvelles mers et de nouveaux océans furent découverts et des civilisations inconnues atteintes : au-delà du Brésil et de l’Afrique du Sud, des contrées orientales comme l’Afrique de l’Est, l’Inde, Ceylan, l’Arabie, la Perse, la Malaisie, la Chine et le Japon.

Personnages historiques concernés : Isabelle Ire, reine de Castille, Ferdinand II, roi d’Aragon, et Jean II, roi du Portugal, sont les moteurs du traité.

Traité de Tordesillas (version castillane) : Ratifié à Arevalo par le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille le 2 juillet 1494. Manuscrit sur parchemin. 4 plis (8 feuillets : 340 x 250 mm). Signatures de Ferdinand II d’Aragon et d’Isabelle Ire de Castille. La version castillane du traité est conservée à Lisbonne par les Archives de Torre do Tombo (Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Direcção Geral de Arquivos, Alameda da Universidade de Lisboa, 1649-010, Lisbonne. Portugal. Tél. : 00 351 21 7811500 ; Fax : 00351 217937230. E-mail : lacerda@iantt.pt )

Traité de Tordesillas (version portugaise) : Ratifié à Setúbal par le roi du Portugal le 5 septembre 1494. Manuscrit sur parchemin. 4 plis (8 feuillets : 330 x 250 mm). Signature de Jean II de Portugal. Sceau en plomb pendant sur lacs de soie. Signature de Jean II de Portugal. La version portugaise du traité est conservée par la Chancellerie royale de Castille ( Conservation, Archivo General de Indias, Avda. de la Constitución, 3 - 41071 Séville - Espagne)

Le Traité de Tordesillas est un document digne d’être sauvegardé. Il est donc conservé comme d'autres trésors nationaux dans la chambre forte, où un système de régulation des conditions ambiantes assure une température et un taux d’humidité relative stables. Il est adéquatement protégé contre la photo dégradation. Il n’est consultable que sur microfilm ou support numérique.

Voir les illustations de Traité de Tordesillas sur cette page.



Sources de documentation :


Henri Leroy

...

Aucun commentaire: