lundi 20 août 2007

Un des plus anciens documents sur les navires du Moyen-âge.

...
En 1434, un marin vénitien nommé Michel de Rhodes (Michalli da Ruodo) commença la rédaction d'un manuscrit de 440 pages sur les mathématique, l'astronomie, l'astrologie, la façon de construire les bateaux, la navigation et tout ce qu'il pouvait décrire sur les voyages qu'il avait entrepris...

On trouve dans cet ouvrage la description de la fabrication des galéres de commerce et de plusieurs autres types de navires.


Illustration provenant du manuscrit.

Illustration provenant du manuscrit.

Ce document décrit et commente les navires utilisés et la façon de les fabriquer ainsi que les voyages effectués par Michel de Rhodes en Méditerranée et dans l'Atlantique vers les Flandres. Ce manuscrit a été écrit en vénitien, un des dialectes italiens dérivés du latin que Michel de Rhodes semble avoir appris à l'age de seize ans. C'est à ce jour, le plus ancien traité de construction navale et de navigation connu.



Saint Christophe, dans manuscrit.


Chaque années, à la fin mars ou début avril, quatre ou cinq galères quittaient Venise pour les Flandres. Les navires étaient supposées être de retour en décembre après un voyage de sept à huit mois. C'était le trajet le plus dangereux accompli par Michel de Rhodes et le plus long, sans escale de Lisbonne à Brugge, à travers l'Atlantique.


Carte de voyage de Michel de Rhodes.

En 1438, Michel est allé à Londres, et en 1441 dans les Flandres. En 1442, il alla pour la troisième fois à Alexandrie. En 1443, il effectua son dernier voyage en allant une dernière fois à Londres. En juillet 1445, Michel vit venir un notaire dans sa maison pour dicter des documents et en modifier d'autres. Certaines informations contenues dans le document décrivent Michel comme malade mais ayant toutes ses facultés intellectuelles. Il demanda au notaire de supprimer des mentions relatives à un esclave qu'il aurait possédé à une période et fit réduire la donation qu'il envisageai de faire à un hospice, expliquant qu'il avait besoin de cet argent pour soigner sa maladie. Il semble qu'on ne sache pas de quoi il souffrait.

Michel de Rhodes avait besoin de cet argent pour réaliser la rédaction du manuscrit qu'il a laissé à la postérité. Il commença la rédaction en 1444, en recopiant une partie du contenu de son premier manuscrit. Il allégea de longs chapitres sur les mathématiques et les méthodes de construction navales. Le résultat fut ce que nous connaissons sous le nom de "Raxion de Marineri" "Méthode pour les marins" "(Method for Mariners). Cet ouvrage était plus adapté au besoin des navigateurs que ne l'était le premier manuscrit.

Ce second manuscrit de Michel de Rhodes tomba dans les mains d'un marin vénitien nommé Pietro di Versi (ca. 1420-1484) plus jeune que Michel de Rhodes. Le nom de Michel de Rhodes fut effacé et celui de Di Versi fut écrit par dessus. Durant très longtemps ce manuscrit a été attribué à Pietro di Versi. Il est probable que ce dernier l'ait acheté directement à Michel de Rhodes. Peut de temps après, en 1445, Michel est décédé. Sa troisième épouse nommée Menegina, lui survécu mais on ne sait rien d'elle.

Il semble cruel qu'après de longues années de service pour la cité de Venise dans laquelle il s'était installé Michel de Rhodes disparut dans l'oubli à cause de la maladie et de problèmes financiers. La seule trace qu'il reste de lui et de ce qu'il a fait se trouve dans le manuscrit qu'il a rédigé.

Vers 1830 le manuxcrit à été redécouvert par Augustin Jal sous forme d'une copie du document original. Jal maitre de l'archéologie navale et historien de l'architcture navale à nommeé le manuscrit "Fabrica di galere". Il a publié le chapitre relatif à la fabrication des gélères dans le "Memoire no. 5" de son "Archaelogie Navale" en 1840, avec une traduction en français.

Une description du manuscrit a été publiée par Annalisa Conterio à Venise en 1991. Jusqu'en 2004 on supposait que l'auteur de ce manuscrit était Pietro di Versi.

Le manuscrit de Michel de Rhodes (Michalli da Ruodo) n'a pas encore été publié dans son intégralité. Un des buts de la fondation qui gère le "Michael of Rhodes Project" est la publication d'un ouvrage en 3 volumes intitulé "The Book of Michael of Rhodes, A Fifteenth-Century Mariner in Service to Venice". Il sera édité par Pamela O. Long, David McGee, and Alan M. Stahl. La publication comportera un jeu de photographies constituant un fac-simile du manuscrit original en vénitien avec la traduction en anglais en regard de chaque page reproduite.

Le livre devrait être publié par The MIT Press avant la fin de l'année 2007.

Notes :
  • Références du document : Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana Cod. Marc. Ital. IV. 170 (5379), fol. 17v. - Manuscrit attribué à Pietro Di Versi.
  • Un article a été publié dans "The INA Quarterly", volume 28, numero 4, hiver 2001, pages 23, 24, 25. "The INA quarterly" est une "Publication of the Institute of Nautical Archaeology".
  • David McGee est co-Directeurr du "Michael of Rhodes Project", Dibner Institute for the History of Science and Technology, Burndy Library, MIT. (mcgee at Massachusetts Institute of Technology.edu)
  • A propos de Michael de Rhodes : Istituto e Museo di Storia della Scienza, Piazza dei Giudici, 1 - 50122 Firenze (Florence), Italia.

  1. Conterio, Annalisa : "Pietro di Versi : raxion de' marineri : taccuino nauticon del XV secolo" ; 147 : il. ; 24 cm; Venezia : Il Comitato Editore, 1991.
  2. Di Versi, Pietro : "Raxion de' marineri. Taccuino nautico del XV secolo", a cura di Annalisa Conterio, Venezia, Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla storia di Venezia, 1991, pp. LIV, 147, facsimili a colori (Fonti per la storia di Venezia. Sez. v, Fondi vari) - (G. Bonfiglio Dosio) LII (1992), pp. 724-7253.
  3. Pittarello, O : "Algune raxion per marineri. Un manuale veneziano del secolo XV per gente di mare"; pp. 256; Il Poligrafo; Padova, 2006 - ISBN : 88-7115-454-1.


Jean-Michel Urvoy.


...

Aucun commentaire: