jeudi 23 août 2007

Un nouveau Colongate ?

Durant quelque temps un sujet a fait frissonner Internet.

Un Chinois aurait découvert l'Amérique avant Christophe Colomb.

Cette étrange rumeur n'est pas une nouveauté. Nous n'en sommes plus à un canular prés. Mais, les arguments présentés pour l'étayer ne manquent pas de nous rappeler l'histoire de la carte du Vinland.Des anthropologues américains ont déjà démontré la possibilité que les chinois soient venus en Amérique depuis un bon moment. Ils ont fait cette découverte en faisant des comparaisons entre les coutumes des tribus indiennes de la Côte Est des États-unis et des rituels ancestraux, dans plusieurs parties de la Chine. J'ai étudié ce sujet, il y a plusieurs années, avec des universitaires, en effectuant des recherches aux États-unis sur un autre thème.

Les européens ont une fâcheuse manie : ils regardent l'Amérique toujours dans la même direction, de la droite vers la gauche, en suivant la course la course du soleil. Ils regardent depuis l'Europe, vers la Côte Est de l'Amérique, mais ils oublient de regarder depuis l'Asie vers la Côte Ouest de l'Amérique. Il y avait d'autres civilisations avancées dans le monde à plusieurs époques. Les compétences des marins asiatiques nous sont seulement peu connues. Certains en ont profité pour réécrire l'histoire.

Ce qui est nouveau dans l'histoire qui se présente aujourd'hui, c'est qu'une nouvelle preuve soit mise à jour pour authentifier une information anachronique. En effet, ce n'est pas soixante ou soixante-dix ans, mais plusieurs centaines d'années, voire peut-être mille ans avant Colomb que des chinois seraient venus en Amérique pour la première fois en bateau.

De plus, tout le monde sait que le continent américain a été peuplé par des populations qui ont traversé le Détroit de Behring, à pieds, durant les périodes de glaciation. Ces populations venaient d'Asie. Il pourrait bien y avoir parmi elles des individus originaires des régions de l'actuelle Chine. Au cours de la dernière époque glaciaire (entre 80 000 et 12 000 ans avant notre ère), la plus grande partie de l'Amérique du Nord est recouverte de glace. Avec une telle quantité d'eau qui se solidifie sur terre, le niveau de la mer baisse. Cette diminution du niveau de l'eau fait apparaître une parcelle de terre qui unit l'Amérique du Nord à l'Asie, formant une voie terrestre. Les différentes vagues de peuplement se sont établies sur le continent américain en divers endroits. Si ces gens sont arrivés, pourquoi certains ne seraient pas retournés d'où ils venaient ? Pourquoi personne ne serait reparti en sens inverse pour aller avertir ou informer ceux qui étaient restés au point de départ ? Tout le monde n'est pas né en chemin durant la migration. Où sont les preuves de ceci ? Justement il n'y en a pas. Personne n'a écrit ses mémoires après avoir fait la traversée du Détroit de Behring, il y a plus de dix mille ans. Les traces de civilisation dans cette partie du monde sont très anciennes. À l'arrivée des Européens, en Amérique du Nord, plus de 55 peuples différents sont déjà établis dans tout l'actuel Canada.

Certains scientifiques supposent qu'à différentes périodes, des échanges maritimes pourraient avoir existé entre la Cote Ouest des actuel États-unis et la Cote Est de la Chine ou du Japon, pas seulement à partir de 1400, mais bien longtemps avant. On trouve, sur ce sujet, de nombreuses informations, en langue anglaise, sur les serveurs des université américaines.


La carte de Liu Gang





La carte qui fait couler de l'encre....

Ce ne serait qu'en 2005 que Liu Gang aurait réalisé l'importance de son acquisition. Il s'en serait rendu compte après avoir pris connaissance de l'ouvrage "1421 : The Year China Discovered The World", écrit par Gavin Menzies. Menzies est un ancien officier de la marine britannique, à la retraite. Il a publié ce livre en 2003 qui a eu un grand succès. Ce livre est un best seller. Certes, mais le Da Vinci Code également, et cela n'en fait pas pour autant une preuve historique dans les domaines qu'il aborde.

Beaucoup de suppositions et peu de preuves.

Le livre de Menzies a été récemment traduit en chinois, puis réédité en langue anglaise, en mars 2004. Lorsqu'on cherche des informations sur cette affaire, on constate que c'est le seul document de référence cité.

Selon Menzies, c'est Zheng He (1371-1433 ou 35), (appelé aussi Cheng Ho) grand navigateur musulman chinois, commandant de la flotte des Ming, qui aurait découvert l'Australie, certaines parties de l'Afrique, l'Amérique, et il aurait même navigué jusqu'aux confins de l'Arctique. Selon d'autres, il aurait fait le tour du monde, il y a de cela 600 ans.

Si Menzies et Liu, sont convaincus de l'authenticité de la carte, des historiens et des chercheurs internationaux sont septiques et attendent les résultats d'un examen minutieux, concernant notamment la datation scientifique du document, poursuit le China Daily.

Pour ma part, je n'ai pas lu l'ouvrage de Menzies mais la première chose que je vais tenter de voir, est sur quelles preuves il s'appuie.

Il semble qu'il y aurait donc deux expertises a effectuer pour cette carte :

  • la première serait de vérifier que la carte en question est bien de 1763.
  • La deuxième serait de vérifier que la copie est bien réalisée d'après une carte de 1418 qui elle est vraisemblablement perdue.

Pour le professeur Mao Peiqi, vice-directeur du centre de recherches sur les voyages de Zheng He, de l'Université du peuple, la principale "faille" est la présence sur la carte de l'expression "rendre hommage" (à l'empereur), formée de deux caractères qui n'étaient pas utilisés à l'époque. Un peu comme l'encre de la carte du Vinland qui n'existait pas à l'époque où on a prétendu qu'elle a été dessinée. Il aurait ajouté que cette carte est fausse et aurait été fabriquée au cours des 20 dernières années. Selon lui elle ne correspond pas au savoir faire en usage à cette époque.

Les experts sont dubitatifs. Je veux dire les véritables experts, les universitaires. Attendons de connaître les résultats d'une éventuelle expertise avant de nous enthousiasmer pour cette nouvelle qui n'est pas si extraordinaire. Il semblerait qu'une analyse soit en cours dans une université de Nouvelle-Zélande. Le résultat devrait être connu en février. La seule chose que nous savons avec certitude est que nous ne savons pas tout et certainement pas grand choses sur certains événements lointains. Authentifier une carte ancienne est un travail d'expert. Notre association en connaît un. Nous l'avons consulté. Il va lui aussi dans le sens du doute.

Pour le moment on nous a fourni beaucoup de suppositions, beaucoup de probabilités et quelques théories. Il reste, à ceux qui ont diffusé cette information, à trouver les preuves et à les publier afin de nous convaincre car , "vu du fond du puits, le ciel est bien petit" (Proverbe chinois).


Quelle est la raison de tout ce remue méninges ?

Le six centième anniversaire de la première expédition de Zheng He a été célébré en 2005. Occasion rêvée pour les autorités chinoises de réveiller la torpeur en organisant plusieurs manifestations, afin de flatter la fibre nationaliste. Occasion pour certains de publier un livre sur un sujet méconnu en Occident.

En 2006, nous avons fété le cinquième centenaire de la mort de Christophe Colomb, c'était l'occasion rêvée de sortir des cartons tout ce qui n'a pas été publié en 1992.

Il faut vendre et faire vendre.

JM Urvoy.



Documentation

Notes :

(1) Il existe une ancienne mine de cuivre à Mamainse Point, en Ontario. Les Premières nations l'exploitaient 6 000 ans avant l'ère des pharaons d'Égypte.

(2) Réponse du Docteur van der Kroght
Faculty of Geosciences
University of Utrecht,
Postbus 80.115,
3508 TC UTRECHT, The Netherlands.

Ma question était :

Peter,
what do you think about the story of the chinese map ?
Possible or fake ?

Sa réponse immédiate fut :

"Please don't start with this... On MapHist, my mailing list on the history of cartography this topic is already debated for weeks now, 100s of messages (if you really want to no, check http://www.maphist.nl and go to archives. The alleged 1418 map is on its best a map drawn in 1763 after a modern European map, maybe with use of an original, but now lost, 1418 map. If so, it is unclear what he took from the 1418 map and what from his European model. Others think that the 1763/1418 map is a fake made in the 21st century."

Traduction :

"S'il vous plait, ne commencez pas avec cela... Sur Map Hist, ma liste de diffusion sur l'histoire de la cartographie, ce sujet est actuellement débattu depuis des semaines déjà (si vous voulez vraiment en savoir plus, jetez un œil à http://www.maphist.nl et allez à "archives". La carte dite de 1418 est au mieux une carte dessinée en 1763 d'après une carte européenne moderne, et peut-être avec un original aujourd'hui perdu, datant de 1418. Si tel est le cas, il reste à élucider ce qui a été pris à partir de la carte de 1418 et ce qui l’a été à partir de son modèle européen. D'autres personnes pensent que la carte 1763/1418 est un faux, fabriqué au 21ème siècle."
Traduction par Y.D. CNRS Paris.


Documents de référence :

Nous les cherchons, le même ouvrage revient en permanence :
  • Menzies, Gavin. "1421: The Year China Discovered America"; New York: William Morrow, 2002. xix, 552 p. ISBN 0060537639. (Autre edition : Bantam Classics, 409 pages, janvier 2003, reédition 1 mars 2004).
Deux articles sur le sujet publiés dans MAPFORUM, Issue 9, Spring 2006 :
  1. Liu Gang - "Zheng He: The Real Discoverer of the New World?", pp. 38-43.
  2. Geoff Wade - "The 'Liu/Menzies' World Map: A Critique", pp. 44-49.


Sites de référence sur ce sujet
:

Sur Gavin Menzies Sur Zheng He :

Divers
Mots-clés de recherche :
  • Si vous inscrivez "Zheng He" dans Google vous allez avoir des dizaines de réponses. Triez et recoupez les informations : ce sont souvent les mêmes.
  • Autres mots-clés :Hong Boa, Zhou Man, Zhou Wen, Yang Qing, Zheng He, Gavin Menzies, Mao Peiqi.
........

Aucun commentaire: