samedi 5 avril 2008

Boutre.

....
Les Européens donnent en français le nom de boutre et, les anglo-saxons donnent celui de dhow en anglais, à l'ensemble des voiliers qui font le cabotage tout autour de la péninsule d'Arabie. Certains de ces navires naviguent sur les cotes d'Afrique de l'est et celles de l'Inde.

Les boutres sont des voiliers fins et rapides, à l'arrière très élevé. C'est le célèbre navire des pirates arabes.

Le mot boutre vient de l'arabe "bût". Le mot anglais dhow a été repris par les arabes pour nommer leurs bateaux; de ce fait on trouve de nombreux textes qui parlent de dhaw, dow, ou dao. Il s'agit du même type de navire.

Ce sont généralement des bateaux de petite taille. Ils ne dépassent que rarement une cinquantaine de tonneaux. Ils ont une caractéristique commune : ils sont équipés de voiles arabes trapézoïdales, portées par des antennes de même modèle que les voiles latines.

Kotia de Dubbaï - Aquarelle du Commandant Hubert Michéa. (p40)

Le navire représenté ici est un kotia de Dubbaï. Il a été peint sur place par le Commandant Hubert Michéa durant un de ses nombreux séjours dans cette région. Le Kotia est un boutre pakistanais et indien adapté pour la haute mer. Il posséde deux ou trois mats. Il a l'étrave recourbée et couronnée d'une tête de perroquet, tournée vers l'arrière. Cette ornementation qui regarde vers le navire est sensée le protéger ainsi que que son équipage en portant sur eux un regard bienveillant. Un type plus ancien de Kotia comporte un château avec le tableau arqué. Il est souvent sculpté et muni de cinq fenêtres.


La famille des boutres comporte plusieurs modèles différents :

  • Le ghanja a deux ou trois mâts et une galerie arrière en porte à faux qui domine l'eau.
  • Le baggala est équipé de deux mâts, il a un arrière surélevé, avec un gaillard et un tableau sculpté, imité de celui des marchands européens du XVIIe siècle.
  • Le bhum a deux mâts et pas de superstructures. C'est le seul dont la voilure ait été modernisée : à deux voiles arabes on a ajouté un foc établi sur un beaupré.
  • Le sambouk est semblable au baggala, mais est plus petit, avec l'arrière plus bas.
  • etc...
Ces navires ressemblent aux premières caravelles de pêche mais, on ignore s'ils en sont les descendants ou les ancêtres. Ce type de navire, dans ses dimensions et son mode de construction, est ce qui donne, de nos jours, le meilleur exemple de ce pouvaient être les caravelles à l‘époque de Colomb.

Il existe un document arabe intitulé « Kitab al Fawa’id fi usul el Bahr » (le livre des instructions pour la pratique de la mer) de Ahmed Ibn majid al Maji qui parle de la navigation des arabes dans la région de la péninsule d'Arabie. Il s’agit d’un manuscrit datant du XVIe siècle.

Jean-Michel Urvoy.
Droits réservés.


Notes :

Kotia ou Kutiyya ou Kutiyyah ou Kutaiyah sont des variantes du nom de ce navire. Il s'agit d'un mot d'origine indienne.
En langue arabe tout ce qui s'écrit se prononce et tout ce qui se prononce s'écrit... Si vous n'avez pas le bon accent ou la bonne oreille, attendez vous à des surprises.

....

Aucun commentaire: