samedi 28 juin 2008

Essai sur la marine ancienne des vénitiens.

....



Formaleoni, Vincenzo Antonio (1752-1797) : "Essai sur la marine ancienne des vénitiens , Dans lequel on a mis au jour plusieurs cartes tirées de la Bibliothèque de St. Marc, antérieures à la découverte de Cristophe Colomb, & qui indiquent clairement l'existence des isles Antilles.";168 pages, cartes ; in-8; Venise, Chez Formaleoni, 1788.

Traduit en français par Étienne Félix d'Hénin de Cuvillers depuis l'ouvrage original : "Saggio sulla nautica antica de' veneziani. Con una illustrazione d'alcune carte idrografiche antiche della Biblioteca di S. Marco, che dimostrano l'isole Antille prima della scoperta di Cristoforo Colombo, di Vincenzio Formaleoni"; Venezia : Presso l'autore, 1783.
Testo a stampa - Saggio sulla nautica antica de' veneziani. Con una illustrazione d'alcune carte idrografiche antiche della Biblioteca di S. Marco.
Testo a stampa - Illustrazione di due carte antiche della Biblioteca di S. Marco.
Cet ouvrage traite de l'isle d'Antilla. On trouve dans cet ouvrage une reproduction de l'Atlas d'Andréa Bianco, géographe vénitien qui a vécu au commencement du 15e siècle.

Vincenzo Formaleoni est né à Firenzuola d'Arda, provincie de Piacenza, en Italie, le 18 novembre 1752; il est mort à Mantoue, Italie, le 8 janvier 1797.
Historien, géographe et cartographe, Formaleoni fut exilé à Paris en 1792, où il connut la prison; il retourne ensuite en Italie où il meurt, en prison, à Mantoue.

Formaleoni a vécut essentiellement à Venise, où il fut correcteur d'imprimerie chez Antonio Zatta (1775), il imprime en utilisant comme prête-nom le libraire Rinaldo Benvenuti (1780) puis il ouvre sa propre imprimerie en 1780, imprimant seul de 1781 à 1789 et avec Francesco Tosi (1789-1790). Il a aussi écrit en français et traduit du français en italien.

Durant son séjour à Paris Formaleoni a rédigé un "Éloge de Jean-Paul Marat / par un canonnier de Paris" publié en 1793.

Formaleoni avait présenté cet ouvrage à Simone Évrard, la compagne de Marat. Celle-ci ne lui ayant pas répondu, on ne sait pour quelle raison, le canonnier s'en plaint ; ce qui ne l'empêche pas d'ajouter : « Obligé de fuir, l'Ami du peuple ne trouvera donc pas un ami parmi le peuple ? Une femme généreuse et sensible l'accueille et le sauve. Enthousiaste de la liberté, cette femme avait conçu une haute idée des vertus de Marat. Une noble passion succéda aux sentiments de l'estime, et intéressa son coeur en faveur d'un homme que le malheur rendait encore plus recommandable. »

Notes :
Hénin de Cuvillers, Étienne-Félix, né le 27 avril 1755, à Bailly, Seine-et-Marne, il est est décédé le 2 aout 1841. Il fut auteur d'ouvrages historiques, scientifiques et d'études sur le magnétisme. Il fut : Maréchal de camp. - Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, officier de l'ordre royal de la Légion d'honneur. - Membre de la Société royale académique des sciences de Paris. - Baron d'Empire.

Le chevalier Étienne Félix d'Hénin de Cuvillers était au moment de la publication de ce document, officier des dragons du Languedoc, chargé des affaires de sa Majesté très chrétienne près la Sérénissime République de Venise.

Hénin de Cuvillers fut le premier français à utiliser le préfixe "hypn" pour construire de nouveaux mots susceptibles de véhiculer des idées scientifiques nouvelles. Il est très probablement l'inventeur du mot "hypnose" en 1819. On connait aujourd'hui plus de 312 termes qui untilisent ce préfixe. Il a publié en 1820 un ouvrage intitulé : "Le magnétisme éclairé". (Voir aussi les travaux sur le magnétisme animal).

Autres ouvrages de cet auteur :

Hénin de Cuvillers, Étienne-Félix (1755-1841) : "Archives du magnétisme animal, publiées par M. le Baron d'Hénin de Cuvillers",...Paris, 1822. (texte disponible en ligne sur Google Books).
Hénin de Cuvillers, Étienne-Félix (1755-1841) : "Exposition critique du systeme et de la doctrine mystique des magnétismes. Publiée par M. le Baron d'Hénin de Cuvillers"... Extrait des Archives du Magnétisme Animal, par le même auteur. Année 1822. Tom. III, no. 7. Paris: Barrois l'ainé, Belin-le Prieur, Treuttel et Vurtz, Delaunay, 1822.

JM URVOY.
....

Aucun commentaire: