mercredi 18 juin 2008

Clavdii Ptolemei, Géographiae

....

Après l’astronomie, le deuxième grand domaine de prédilection de Ptolémée est la géographie. Son ouvrage intitulé "Géographie" est une œuvre majeure d’une importance historique.

Les erreurs qu’elle comporte sur les coordonnées des lieux n'ôtent en rien à cet ouvrage, justement célèbre, le mérite d'être le meilleur et le plus complet résumé de la géographie du monde de l’empire romain.

En s’appuyant sur l’œuvre du géographe Marinus de Tyr (IIe siècle), Ptolémée dresse des tables de longitudes et latitudes pour des lieux connus et dessine une carte du monde. Il évalue également la circonférence de la terre à 180 000 stades. Mais ce résultat est plus éloigné de la réalité que celui obtenu trois siècles plus tôt par Eratosthène de Cyrène qui avait calculé 250 000 stades (soit 40 000 km).

Avec les huit livres de sa Géographie, Ptolémée, astronome, astrologue, géographe vivant à Alexandrie au IIe siècle après J.-C., transmit à l’Occident le résultat de plus de sept siècles de science grecque, et en particulier les notions suivantes : sphéricité de la Terre, antipodes, existence d’un continent austral.

Traduite en arabe dès le IXe siècle, la Géographie de Ptolémée ne sera re-découverte en Occident qu’à la fin du XIIIe siècle. Traductions latines et éditions imprimées se succèderont sans relâche au XVe siècle, puis au XVIe siècle.

La Cosmographia (Géographie) a été donnée en latin dès 1475 à Vienne. La version, du Florentin Jacopo Angeli, plus ou moins corrigée, servit de base à une quinzaine d'éditions jusqu'à la publication du texte grec par Erasme, à Bâle, en 1533. La Géographie continua d'être l'objet de nombreux travaux jusqu'au commencement du XVIIe siècle (Magini et Mercator).

Les cartes présentées ci-dessous proviennent de l'édition de Bâle de 1552, publiée avec un privilège d'Henri II, roi de France. 3 parties en 1 vol. in-fol. [Basileae : ex officina Henrichi Petri, mense martio, M.D.LII.] Cet ouvrage est le dernier de Sebastian Münster, cartographe, qui est mort l'année où cette édition à été publiée.




Geographiae Claudii Ptolemaei,...



Ptolémée, Claude (0100?-0170?).


Basileae : ex officina Henrichi Petri,
mense martio, M.D.LII. (1552).


Imprimé avec privilège d'Henri II, roi de France.


L'ouest de la péninsule Ibérique.


Les iles entre l'Europe et le Nouveau Monde (extrait).


Les iles entre le Nouveau Monde et l'Asie.


Table relative à l'Asie.


Le continent Africain.

Notes :

Ptolémée, Claude (0100?-0170?)

Ptolémée (v. 100-v. 170), est un astronome, mathématicien et géographe d'origine grecque, dont les théories en astronomie ont dominé la pensée scientifique jusqu'au XVIe siècle.

Ptolémée est également célèbre pour ses contributions en mathématiques, en optique et en géographie. Ptolémée naquit probablement en Grèce, mais son vrai nom, Ptolemaeus, indique qu'il vécut en Égypte, tandis que son prénom, Claudius (le boiteux), suggère une citoyenneté romaine. En fait, des sources anciennes rapportent qu'il a vécu et travaillé à Alexandrie pendant la plus grande partie de sa vie. La première et la plus célèbre œuvre de Ptolémée, écrite à l'origine en grec, fut l'Almageste.

Dans ce traité, Ptolémée proposa une théorie géométrique pour décrire de manière mathématique les mouvements apparents des planètes, du Soleil et de la Lune. Ce travail ne comprenait aucune description physique des objets dans l'espace.

Ptolémée s'appuya sur la théorie selon laquelle la Terre était fixe et au centre de l'univers. Il tenta alors de résoudre les énigmes qui restaient inexpliquées dans le cadre de cette théorie, notamment celles du mouvement apparent de recul des planètes et des variations apparentes de taille et de brillance de la Lune et des planètes.

Ptolémée émit l'idée d'un déplacement le long de petites orbites circulaires des planètes, du Soleil et de la Lune. Les centres de ces petits cercles devaient alors être eux-mêmes en mouvement et décrire des cercles beaucoup plus grands, centrés sur la Terre. Son système correspondait ainsi avec la plupart des observations faites par les astronomes.


Petri, Heinrich (1508-24 avril 1579).
ou Henricpetri, Henric(h)us. - Beau-fils de Sebastian Münster, Imprimeur, libraire et éditeur de cartes à Bâle. - Il est le fils de l'imprimeur Adam Petri à qui il succède alors qu'il est déjà docteur en médecine. Anobli en 1566, il transforme son nom en Henric-Petri. Est également conseiller municipal. En 1569, il épouse en 2es noces la veuve de Hieronymus Froben.

Münster, Sebastian (1489-1552).
1489, Ingelheim, Allemagne, 1552-05-23, Bâle, Suisse.

Sebastian Münster, géographe et mathématicien, professeur de théologie, d'hébreu, de géographie, d'astronomie et de mathématiques à Bâle, hébraïsant, il a aussi écrit en allemand et traduit de l'hébreu en latin. Voir la biographie de Münster par Werner Raupp.

D’abord membre de l’ordre des Cordeliers, Sebastian Münster adhère à la religion réformée; il se marie et s’installe à Bâle, où il enseigne avec succès les mathématiques, l’astronomie, la géographie et l’hébreu. Auteur de dictionnaires et de grammaires, sa Cosmographie universelle en latin, publiée en 1544 à Bâle, puis rééditée en 1552, est très citée. Il est mort de la peste à Bâle, le 23 mai 1552. L'ouvrage dont des extraits sont présentés sur cette page est donc le dernier de ceux sur lesquels Münster a travaillé.

Sebastian Münster, est l'auteur d'un magnifique ouvrage, superbement illustré et rédigé en latin intitulé Cosmographia universalis, (Cosmographie universelle). La Cosmographie s'inspire, en l'actualisant, du Liber Chronicarum, aussi appelé Chronique universelle, ouvrage qui fut rédigé par le médecin Hartmann Schedel et publié à Nüremberg en 1493, avec plus de 2000 planches en bois gravés. La Cosmographie universelle de Münster dresse l'état du monde au milieu du seizième siècle.

La carte du monde, gravée sur deux pages, que propose Münster au début de sa Cosmographie est plus exacte que celle de Schedel, et témoigne de la prise en compte des récits d'explorations. Mais elle présente sur les mers et océans du monde, des poissons étranges et des monstres aquatiques.

Notons que dès 1556, l'ouvrage de Münster décédé en 1522, quadruple la série de monstres, et que son succès a été durable : en moins d'un siècle il a été réédité 24 fois. La Cosmographie de Münster est restée une référence jusqu'au dix-huitième siècle.


Jean-Michel Urvoy.


Sources d'informations :


Note à benêt :

je dédie ce "déchet historique"
au
charlatan inculte Afonso Pizzaro qui ne me connait pas mais s'amuse à publier, depuis 2002, des informations totalement ridicules et infondées sur mon compte.

.....

Aucun commentaire: